Mots-clefs

,

Voici quelques extraits du Rapport d’enquête immédiate n° 2015 – AS – 67, du 19 novembre 2015 :

p. 13 : Lors de l’extraction du boitier enregistreur des données ATESS à 11h40 le 15/11/2015 sous la responsabilité des autorités, les enquêteurs de la Direction des Audits de Sécurité ont constaté qu’il n’y avait pas de « plomb » sur la cassette enregistreuse.

P. 14 : C’était la 2ème fois que l’équipe de conduite circulait dans ce sens et sur cette voie en sortant de la LGV.

p. 14 : Au vu des éléments recueillis, les enquêteurs de la Direction des Audits de Sécurité constatent certaines incohérences dans les témoignages et les déclarations écrites des agents du service de conduite.

p. 14 : De plus, le CTT déclare avoir été appelé par le chef d’essai via la liaison interphonie, pour lui demander de prolonger la marche à 176 Km/h de 200 mètres environ pour valider la vitesse sur l’aiguille située à la sortie du raccordement au PK 406+150, et que la qualité médiocre de la liaison sonore l’aurait obligé à rapprocher son oreille du haut-parleur. De cette position, il ne pouvait plus observer les actions du conducteur sur le frein et il ne pouvait pas contrôler les indications données par les manomètres de frein.

p. 16 : On notera en préambule qu’une divergence de voie de circulation entre l’avis journalier « essai » et les marches prévues dans l’application HOUAT a amené à une reprise des itinéraires tracés pour les trains d’essai n°814501 (Meuse voie 3 au lieu de voie 1 à 07h32) et n°814510 (Meuse voie 1 au lieu de voie 2 Banalisée à 10h44), sans présentation de signalisation inattendue pour les conducteurs concernés.

Publicités