Étiquettes

, , , ,

Le 5 février 2016, le BEA-TT (Bureau d’Enquête sur les Accidents de Transport Terrestre) publie une note d’étape à propos de son enquête technique.

On peut y lire notamment ceci :

p. 1 : Le BEA-TT a effectué un calcul tenant compte de la vitesse du train, du rayon de la courbe, du devers et de la position du centre de gravité des véhicules. Ce calcul a montré que la vitesse de renversement de ce type de matériel roulant dans cette courbe était d’environ 235 km/h. Ce résultat permet d’affirmer que la vitesse très excessive de la rame d’essai est la cause unique de son déraillement.

p. 2 : Toujours en exploitant les données de l’enregistreur, le BEA-TT a ensuite vérifié que le freinage de la rame avait répondu normalement, en temps et en puissance, aux commandes effectuées par le conducteur. Cette vérification permet d’affirmer que l’excès de vitesse constaté était dû uniquement à un déclenchement du freinage trop tardif d’environ 12 secondes pour pouvoir respecter, à partir d’une vitesse de 330 km/h, le seuil de 176 km/h prévu à l’entrée de la courbe.

Cette note émet par ailleurs une réserve quant à l’utilité d’homologuer en survitesse les nouvelles lignes et invite la SNCF et l’Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire à s’interroger sur ces procédures d’homologation.

Publicités