Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Les responsables de la SNCF recevaient les familles des victimes décédées ainsi que les rescapés de l’accident.

Contrairement à ce que la presse a pu rapporter de cette réunion, l’assistance (presque une centaine de personnes) n’a reçu aucune réponse satisfaisante et précise de la part des représentants SNCF qu’elle interrogeait. Faute de pouvoir apporter des réponses, ceux-ci ont promis de revoir leur copie.

sncf-victimes-accident-tgv

Ordre du jour :

  • Les droits des victimes ;
  • Les indemnisations ;
  • Les protocoles d’essais ;
  • Les enquêtes.

L’exposé sur les indemnisations n’a pas suscité de remarques particulières de l’assistance. On remarque que l’exposé technique présentant la courbe des vitesses, ne présentait plus la courbe des vitesses prévues mais seulement les vitesses réalisées. A noter, le préambule de Pierre Verzat (direction Systra) rappelant que l’obligation de réserve d’un salarié trouve des limites dans l’obligation de répondre aux enquêteurs. L’assistance a été prévenue que la rencontre était filmée (nous ajouterons à cette page le lien vers la vidéo si elle est diffusée sur internet).

 

Questions posées et réponses obtenues :

Question du père d’une victime décédée : A quoi aurait ressemblé la courbe de freinage si le conducteur avait utilisé le freinage d’urgence ?

Il nous est répondu que la courbe aurait été exactement la même.

ndlr: On comprend donc que le freinage d’urgence n’aurait pas mieux freiné. (voir ici)

Question d’un rescapé : N’était-il pas possible d’envisager un système de freinage automatique adapté aux essais en survitesse ?

Il nous est répondu que cela serait trop compliqué. En l’état actuel des connaissances, ça n’est pas possible.

ndlr: On comprend donc qu’à défaut d’un savoir technique (freinage automatisé de sécurité pour des essais en survitesse), on consentait à une prise de risque. On aurait pourtant pu imaginer de ne commencer les essais en survitesse, risqués, qu’après avoir développé un système automatique de freinage convenant à ces essais afin de s’assurer de la sécurité des techniciens réalisant les essais.

Question de la mère d’une victime décédée : Quel est le point de vue du BEA concernant les impacts qui marquent le dessous de la remorque F dans un alignement manifeste ? La coupelle d’essieu (à l’avant à tribord) est noircie alors que la même coupelle, côté babord, est d’une couleur gris pâle. Qu’en pensez-vous ?

Le représentant SNCF n’a pas remarqué ce dont il est question.

accident-tgv-remorque-F-impacts

source : Des Nouvelles d’Alsace

Question du père d’une victime décédée : Combien y a-t-il eu d’essais sur la voie 1 et sur la voie 2 ?

Il nous est répondu: 45 et 45.

Question de la mère d’une victime décédée (à partir du schéma des vitesses) : Je regrette que vous n’ayez pas reporté la vitesse de renversement calculée par le BEA. Avez-vous une idée, en reportant cette vitesse sur la courbe de freinage prévu, de la distance prévue entre le lieu où l’on atteint cette vitesse critique de 235km/h et le PK 403,809 d’entrée dans la courbe ?

Pas de réponse. Embarras.

ndlr: D’après nos estimations, un demi kilomètre environ (deux fois la taille de la rame environ) (voir ici). A noter que depuis cette réunion, le BEA-TT reconnaît avoir un peu surestimé la vitesse critique de 235km/h. Donc, la marge d’erreur possible était encore moindre.

Questions de la mère et du frère d’une victime décédée : Y a-t-il une concordance entre les PK affichés par le rapport d’enquête immédiate et les PK enregistrés par la boîte ATESS ?

Il nous est répondu que non. Ces PK marquent des distances à partir d’un point zéro qui peut être mis manuellement, à la manière du compteur kilométrique d’une voiture.

Question : Dans ce cas, où est le PK 0 ?

Les représentants SNCF ne sont pas en mesure de le dire. Il nous est répondu que c’est une bonne question et qu’ils chercheront.

ndlr: Remarque : comment peut-on parler de freinage tardif tout en ignorant l’étalonnage précis des PK enregistrés ? Tardif par rapport à où ?

Question : Êtes-vous certain que « renversement » et « déraillement », ce soit bien la même chose ?

Il nous est répondu qu’effectivement, renversement et déraillement sont deux choses différentes.

 

Aucune autre question n’a été publiquement posée par l’assistance.

Publicités