Étiquettes

, , , , , , , ,

Et si les freinages fréquents au cours des essais avaient provoqué une surchauffe de certaines parties importantes de la rame ? Et si des essieux avaient connu une difficulté liée à une pratique pour laquelle ils n’étaient a priori pas prévus (survitesse et freinages fréquents) ? Certes, les enquêteurs de la SNCF et ceux du BEA-TT n’ont trouvé « aucune anomalie » ni sur le matériel roulant (lequel est bien sûr en très mauvaise condition depuis l’accident) ni sur la voie. Pourtant, ces questions méritent d’être posées…

On sait que le frottement produit de l’energie sous forme de chaleur, si bien qu’en faisant rouler un véhicule (à vitesse constante), les pièces du véhicule et de la voie connaissent une augmentation de leur température. Une petite part de l’énergie cinétique théorique (Eci = 0,5 m v²) se dissipe en effet sous forme de chaleur.

Energie cinétique du train est égale à la moitié de la masse du train multiplié par sa vitesse au carré. Eci = 0,5 m v²

En revanche, lorsque le véhicule freine, l’essentiel de l’énergie cinétique disparaît en chaleur. Or, plus la vitesse à laquelle on freine est importante, bien plus la chaleur produite sera importante (car la vitesse est au carré !).

On comprend que des marches consistant en de cours trajets en survitesse ponctués de freinages fréquents produit énormément plus de chaleur qu’une marche longue à vitesse constante (même très longue et même à très haute vitesse).

Alors les boîtes d’essieu sont soumises à des augmentations de la température très importantes lorsque l’on répète de nombreux freinages en hautes vitesses. On sait que lorsque le DBC (détecteur boîte chaude – un exemple ici) avertit le conducteur d’une trop forte température, celui-ci doit arrêter le train sans faire usage des freins (car freiner accentuerait encore plus la production de chaleur). L’huile observée en amont de l’accident est-elle l’huile contenue dans la boîte d’essieu d’une voiture, de la voiture F ? Est-elle l’huile qui semble couvrir la rondelle de l’appui de la suspension sur le bogie avant de cette voiture ? Quel est l’indice de stress des boites d’essieu (c’est-à-dire que peuvent supporter comme augmentation de température les boites d’essieu selon leur fabriquant) ? S’agissait-il de DBC embarqués à bord du train ou bien de DBC au sol ?

Publicités