Mots-clefs

, , , , ,

Plusieurs témoins, tant à bord de la rame qu’à l’extérieur, se souviennent avoir vu une épaisse fumée s’échapper du train bien avant le déraillement. L’hypothèse d’un renversement du train sous l’effet de la force centrifuge dans la courbe tient-elle toujours si le train « fumait » avant d’entrer dans cette courbe ?

accident-tgv-surchauffe-storyboardLes jeunes filles à cheval ayant assisté à l’accident disent dans une vidéo à propos de ce qui précède le déraillement du train : « D’un coup il descend comme ça. – Et il s’enflamme. – Mais avant, il y a eu une grosse fumée et il devient blanc, enfin je sais pas comment expliquer, il y a eu du feu et une grosse fumée d’un coup…« .

L’ancien maire d’Eckwersheim, habitant en bordure du lieu de l’accident, se souvient avoir entendu pendant une dizaine de secondes avant le déraillement comme un bruit de « mitrailleuse ». Un souvenir qui serait partagé par plusieurs habitants du quartier.

Des passagers du train ont également vu cette fumée se former un peu avant que la rame ne quitte les rails.

On peut déduire de ces témoignages que le train a pu émettre de la fumée sur plus d’un demi kilomètre en une dizaine de secondes avant de s’engager puis basculer dans la courbe (car il roulait encore à plus de 260km/h). Autrement dit, il semble que le train rencontrait un problème d’ordre matériel avant son entrée dans la courbe, bien avant  donc que la force centrifuge ne le fasse basculer dans la courbe.

Post-scriptum : lorsqu’en octobre 2016, l’expert mandaté par le juge évoque que la rame était « en position de basculement avant la courbe« , il oriente donc les interrogations sur ce qui a pu causer cette « position de basculement » puisque ça ne peut pas être la force centrifuge, inexistante dans une ligne droite.

Certes, la cassette ATESS (boîte noire) n’enregistre pas d’éventuels incendie. Mais est-il possible que la cassette ATESS (« boite noire ») n’ait rien enregistré en rapport avec cette fumée ou ce feu ? (par exemple, une boîte d’essieu chaude sous l’effet de nombreux freinages…)

eckwersheim-tgv-fumee-courbe

Or, le BEA a affirmé connaître la « cause unique » de l’accident : en arrivant trop vite dans la courbe, le train aurait été déporté sur l’extérieur par la force centrifuge. Mais si la fumée a été émise dans une ligne droite, avant l’entrée dans la courbe, il n’est évidemment pas possible d’affirmer que la fumée est un effet du basculement centrifuge du train (tout simplement parce que les relations causales en physique newtonienne présupposent toujours une chronologie : la cause ne peut jamais intervenir après l’effet). Comme cette fumée survient avant le déraillement et/ou basculement du train dans la courbe, il semble bien que ce qui a provoqué cette fumée puisse être rangé raisonnablement aux nombres des causes de l’accident. Reste à déterminer ce qu’étaient cette fumée et ce bruit, et ce qui les a provoqués.

Environ 200m avant le lieu de l’accident, une trace d’huile demeure toujours inexpliquée.

Publicités