Enquête

  • accident-tgv-justice-expertise26 mai 2016 : Une ordonnance relève Jacques BOUVY, ingénieur en maintenance essieux SNCF, de sa mission d’expertise judiciaire, et désigne à titre exceptionnel un nouvel expert, « non inscrit », Bernard DUMAS, conseil en ingénierie ferroviaire et expert en certification ferroviaire (ayant été employé par ALSTOM entre septembre 1997 et juin 2016).
  • 29 janvier 2016 : MISSION D’EXPERTISE TECHNIQUE : Le juge Nicolas AUBERTIN désigne deux experts, MM. Jacques BOUVY et Bernard LEROUGE (ancien employé d’ALSTOM entre 1972 et mars 2009).
  • RAPPORT D’ENQUÊTE IMMEDIATE N° 2015 – AS – 6 Pour l’heure, nous disposons de ce premier rapport d’enquête, celui que la SNCF a rendu public. Il est daté du 19 novembre 2015.

SNCF-accident-conférence-presseIl est possible de le télécharger au format pdf, en cliquant  sur le lien : rapport-SNCF-enquete-immediate

Une vidéo retransmet la conférence de presse de la SNCF à ce sujet.

Christian COCHET, Directeur Général Audits & Risques, présente un schéma des vitesses constatées selon les boites ATESS, et comparées aux vitesses du protocole d’essai. A noter que ce protocole d’essai prévoyait une décélération considérable, en peu de temps, et juste avant l’arrivée du pont. Un essai de décélération rapide aurait probablement présenté moins de risques sur une ligne droite.

schéma-des-vitesses-rapport-SNCF

  • NOTE D’ETAPE DU BEA-TT : Le BEA-TT, Bureau d’Enquête sur les Accidents de Transport Terrestre, service dépendant du Ministère de l’écologie, du développement durable, et de l’énergie, publie de façon indépendante des éléments d’enquête technique ; donc le 8 février 2016 une première note d’étape sur l’accident. Ce document, téléchargeable sur le site du BEA, invite la SNCF à s’interroger sur la nécessité de procéder à des essais de survitesse d’une façon exhaustive sur toute la ligne. Il affirme également que puisque le renversement de la rame peut s’expliquer techniquement par une vitesse excessive, la vitesse excessive est donc la cause unique du renversement.

 

  • Un comité d’expertise créé à la SNCF, avec à sa tête André-Claude LACOSTE :

    LacosteDans un communiqué publié par la SNCF le 19/11/2015, Guillaume PEPY et Jacques RAPOPORT insistent sur leur souci de faire la lumière sur les causes humaines ayant pu entraîner l’accident du 14 novembre à Eckwersheim. Un comité d’expertise est donc confié à André-Claude LACOSTE, avec pour mission la réalisation d’un premier rapport d’ici trois mois. André-Claude LACOSTE, 74 ans, ingénieur polytechnicien et Ecole des mines, s’est distingué de nombreuses années dans le domaine de la sûreté nucléaire. En outre, depuis plus d’un an, il dirige un comité international d’experts, précisément sur la sécurité ferroviaire. On le voit s’exprimer en 2014 lors d’une vidéo youtube sur les systèmes de sécurité SNCF. Cliquez ici pour voir la vidéo.

Publicités