Liens utiles

FENVAC, Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs – 1 rue Abel, 75012 PARIS – tél. : Tél. 01 40 04 96 87 – Mail : federation@fenvac.org

INAVEM, Fédération nationale d’aide aux victimes et de médiation, créée en 1986 à l’initiative du Ministère de la Justice. Elle regroupe des associations d’aide aux victimes, « dont elle garantit la qualité des interventions ». (source BO du 09/03/1999). Elle est en partenariat avec la SNCF (voir brochure INAVEM). La citation du philosophe Paul Ricoeur, mise en avant sur le site de l’INAVEM encourage à ne pas chercher vengeance « Derrière la clameur de la victime, se trouve une souffrance qui crie moins vengeance que récit« , disent-ils.

contact 27 avenue Parmentier, 75011 PARIS – tél. : 01 41 83 42 22 – 06 15 51 18 43

LGV Est Européenne, site SNCF réseau

BEA -TT-Bureau d’Enquête sur les accidents de transports terrestres : publications des enquêtes en cours. Ce bureau publie le 8 février 2016, dans une note d’étape sur l’accident du TGV d’essai à Ecwersheim, quelques éléments d’information, avant l’achèvement ultérieur de l’enquête technique.

autres publications du BEA-TT :

 

La prise en charge des victimes d’accidents collectifs – guide méthodologique du Ministère de la Justice – décembre 2004

CERDACC, Centre Européen de recherche sur le Risque, le Droit des Accidents Collectifs et des Catastrophes – Université de Haute Alsace

How to survive a train crash, article en anglais, rédigé suite au déraillement d’un train à New York en 2013 – le conseil consisterait à choisir les voitures situées en arrière, en évitant le centre de la rame. Ce conseil est-il applicable à la rame d’essai 744 ? L’enquête nous le dira peut-être. Quelques doutes, cependant, au vu de certains témoignages de badauds évoquant des voitures de l’arrière de la rame, soulevées et projetées vers le haut.

accident-TGV-essai-survivre-places-SNCF-SYSTRA

Les places couloir, tournées vers l’arrière du train, sembleraient plus sûres, pour les raisons suivantes : en cas de collision venant de l’avant, ou d’arrêt brutal, être assis vers l’arrière limiterait le risque d’être projeté vers l’avant. Et comme de toutes façons, les collisions, statistiquement, sont plus souvent latérales, la place couloir limite aussi d’être en première ligne en cas de choc latéral. Pour protéger un enfant, par exemple, mieux vaudrait donc prendre la place fenêtre et lui laisser le couloir.

accident-TGV-essai-survivre-places-couloir-SNCF-SYSTRA

Gilles Savary, page du député PS de Gironde, spécialiste des transports. Il critique un certain nombre de projets de lignes de TGV (cf. ici par exemple). A propos du déraillement d’Eckwersheim, il a appelé à «à élucider très précisément les responsabilités engagées dans l’accueil de personnes à bord qui n’avaient rien à y faire, et à cerner l’ambiance de la cabine de la motrice, occupée par sept personnes au moment du déraillement», il demande : «Pourquoi des essais sur une rame sont désormais considérés comme une journée touristique à Eurodisney ?»

Fiche pratique «SNCF et accidents de personnes» de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (groupe de pression d’intérêt général). La fiche fait le point sur un certain nombre de question juridique concernant le droit des transports.

Publicités