Revue de presse

13 novembre 2017 : Déraillement d’un TGV à Eckwersheim : « Je ne ferai jamais le deuil » témoigne la mère d’une victimeFrance Bleu Alsace aborde la disparition des données des enregistreurs des défauts des bogies moteurs.

10 novembre 2017 : Déraillement d’un TGV à Eckwersheim en 2015 : Guillaume Pepy sur place mardi pour un hommage aux victimes. France TV Info évoque par ailleurs une convocation de la SNCF devant les juges pour le 20 décembre.

10 novembre 2017 : Déraillement d’une rame d’essai du TGV : la SNCF convoquée en vue d’une mise en examen. Le journal Libération évoque une convocation envoyée par le juge, à la SNCF d’une part et à SYSTRA d’autre part.

accident-tgv-Eckwersheim-SYSTRA-SNCF-premier-essai-samedi10 novembre 2017 : Six séquences à retenir de l’émission « Envoyé Spécial » sur la catastrophe du TGV Paris-Strasbourg : le journal France TV Info revient sur l’émission diffusée le 9 novembre. Parmi les extraits vidéos, une séquence filmée le 11 novembre, et coupée juste avant la réplique « On sera meilleurs samedi » (jour de l’accident fatal). Où l’on voit que samedi 14 novembre 2015, était prévue une expérimentation de vitesse encore jamais accomplie.

accident-tgv-SYSTRA-meilleur-dirigeant-VERZAT

Pierre VERZAT élu meilleur dirigeant d’entreprise en 2016

9 novembre 2017 (mise à jour le 10/11/2017) : Enquête « ENVOYE SPECIAL ». Déraillement du TGV Est en novembre 2015 : révélations sur la catastrophe oubliée. Les journalistes d’Envoyé Spécial vont à la rencontre, notamment, de Guillaume PEPY (SNCF), Pierre VERZAT (SYSTRA), ainsi que Jean PANHALEUX (BEA-TT). Cette émission arrive quelques jours après la remise par les experts, aux juges d’instruction, du rapport final d’enquête.

accident-tgv-mediapart-atess-JRU-essieux7 novembre 2017 : Ce que révèle vraiment le rapportClub de Médiapart. L’article présente les sources sur lesquelles ont travaillé les experts, souligne leurs liens avec Alstom, et quelques éléments du rapport d’expertise.

6 novembre 2017 : La thèse de la seule « erreur humaine » s’éloigne…Syndicat des cheminots FiRST. L’auteur montre qu’en toute hâte, on a fait porté la responsabilité du déraillement sur les conducteurs, alors que les experts modèrent largement cette perspective.

3 novembre 2017 : Les lampistes seront-ils les seuls condamnés ?Le Hérisson du Rail (Bernard Aubin). L’article, très complet, met en question la facilité avec laquelle la SNCF a suggéré la seule responsabilité des conducteurs.

31 octobre 2017 : Catastrophe ferroviaire d’Alsace en 2015 : un nouveau rapport et beaucoup de questions, RT. L’article souligne que la rame n’a pas été expertisée, il aborde l’ignorance des invités quant au système de sécurité désactivé ainsi que le problème du frein d’urgence.

30 octobre 2017 : « Accident du TGV d’essai en Alsace : l’enquête souligne les responsabilités de la SNCF et de Systra », titre le journal Le Parisien. Selon ce journal, le Parquet aurait communiqué au journal FRANCE 3 sur la responsabilité de l’entreprise SYSTRA.

30 octobre 2017 : « Accident de TGV à Eckwersheim : l’avocat des familles de victimes espère la mise en examen de la SNCF et de sa filiale Systra«  L’avocat Gérard CHEMLA, qui est l’avocat de certaines familles de victimes relève auprès de FranceTV Info, que la responsabilité de la SNCF était avérée et reconnue depuis déjà un certain temps.

30 octobre 2017 : « Déraillement du TGV à Eckwersheim : les conclusions d’un nouveau rapport« . DNA, Dernières Nouvelles d’Alsace, citent l’avocat Maître LIENHARD qui prévoit la mise en examen prochaine de la SNCF et de SYSTRA.

29 octobre 2017 : « EXCLU. Accident du TGV à Eckwersheim : la responsabilité de la SNCF et de Systra pointée du doigt ». Le journal France Info 3 Grand Est révèle une stupide confusion entre « vitesse de conception » de la ligne, et « vitesse de commercialisation ». Les survitesses auraient été ordonnées par SYSTRA, non pas à +10% de 320 kmh maxi, vitesse de commercialisation, mais à + 10%  de la vitesse limite de conception, (vitesse plafond testée par le fabricant de la voie, à savoir 350 kmh).

12 août 2017 : Le traitement médiatique du déraillement du TGV : la fabrique de l’opinion publiqueMédiapart. L’article analyse les raisons pour lesquelles la presse et les médias ont peu traité le déraillement du TGV d’essais.

accident-tgv-france-inter-SNCF-manque-rigueur1er août 2017 : Quand la SNCF déraille : quelques exemples de grands bugs ferroviaires FranceInter. Suite à la panne récente de la gare Montparnasse, le journal France-Inter rappelle l’accident d’Eckwersheim : « 2015, le manque de rigueur fait 11 morts ». L’expression « manque de rigueur » atténue les incongruités énormes relevées dans les consignes données aux professionnels des essais. En elle-même, l’expression « manque de rigueur » a sa part d’incongruité, si l’on s’en réfère aux recommandations des experts du BEA-TT, qui ont reproché une application trop « littérale » des consignes (traduisez « trop rigoureuse » des consignes). Alors : manque de rigueur ? ou excès de rigueur pour appliquer des consignes idiotes ?

12 juillet 2017 : Déraillement à Brétigny : quatre ans après le drame, des victimes dénoncent le comportement de la SNCFFranceTVinfo. Tandis que les familles se réunissent pour se souvenir du jour funeste du 12 juillet 2013, certains survivants dénoncent l’attitude trouble de la SNCF qui ralentirait le bon déroulement du jugement.

7 juillet 2017 : Sa fille est morte dans le déraillement d’un TGV d’essai en Alsace et il a un message fort pour la SNCFHuffingtonPost. L’auteur de l’article fait connaître un post sur Facebook d’un père exprimant la douleur de la perte de sa fille le 14 novembre 2015 et jurant que la SNCF ne pourra pas l’acheter.

4 juillet 2017 : La SNCF « claque » 6 millions d’euros en petits fours, champagne et fanfare, titre le journal Le Point. L’information proviendrait d’un article de Mobilettre, au sujet de l’inauguration des deux nouvelles LGV, les 1er et 2 juillet, en présence du président MACRON. La SNCF évaluerait ce coût à 3,6 millions d’euros et non 6. Ces fêtes d’inauguration de lignes à grande vitesse ne pourront masquer le coût réel de ces aboutissements. La grande vitesse coûte sans doute cher en petits fours, et opérations d’apparat, mais n’oublions jamais qu’elle a aussi coûté 11 vies humaines, à Eckwersheim, le 14 novembre 2015. Certains rient et applaudissent, d’autres pleurent. Certains additionnent jusqu’à 6 millions de petits fours et champagne, d’autres rectifient l’addition : non pas 6 mais : 6 + 11. Six millions de petits fours + 11 vies.

29 mai 2017 : « Eckwersheim : le rapport final du BEA-TT accable le groupe SNCF », Marc FRESSOZ analyse, sur le site Mobilicités, (qui dépend du syndicat patronal UTP), le rapport définitif du BEA-TT, concernant l’accident. L’article s’engouffre dans la logique du BEA-TT, lequel évoque une « erreur humaine ».

24 mai 2017 : « Accident du TGV en Alsace : le rapport final du BEA-TT pointe “des erreurs d’appréciation”. FranceInfo publie un article assorti d’une vidéo où l’avocat maître CHEMLA répond à des journalistes. L’article finit par une sorte de nuance sur la responsabilité des entreprises SNCF et SYSTRA, plus tellement certaine, finalement, suite à ce rapport du BEA ? :  la procédure judiciaire devra, selon FranceInfo, établir si oui ou non, la SNCF et Systra sont responsables de cet accident.

accident-tgv-errare-humanum-journaliste-Usine-Nouvelle-Cognasse24 mai 2017 : « Pour l’accident du TGV Est, errare humanum est », ainsi titre le journal L’Usine Nouvelle. Le choix du journaliste, pour cette locution latine « l’erreur est humaine », rajoute un sens supplémentaire à la simple affirmation « il s’agit d’une erreur humaine ». Faut-il comprendre qu’il faut admettre que les erreurs, à conséquences mortelles, sont admissibles et banales ? Cependant, la locution latine est incomplète, car à l’origine, elle se poursuit ainsi « errare humanum est, perseverare diabolicum »…(faire des erreurs est humain, persévérer est diabolique). Hélas… le jour fatal, le 14 novembre 2015, les essais ferroviaires n’en étaient pas à leur première erreur, puisque 3 jours avant, les essais avaient abouti à un fiasco. Nous sommes alors, monsieur le journaliste, dans la seconde partie de votre citation latine « perseverare diabolicum »

décembre 2016 : « les voix ferrées non déférées » un article du Canard Enchaîné épingle le désintérêt des juges pour les soupçons de subornation de témoins dans l’affaire de Brétigny. accident-tgv-canard-bretigny-sncf-juge

11 décembre 2016 : Moins de 1h50 en TGV sur la ligne Paris-Strasbourg. Le journal FranceInfo annonce la performance enfin atteinte, selon les attentes de la SNCF, un Paris-Strasbourg plus rapide. Le 11 décembre correspond pour la SNCF, au lancement des nouveaux horaires de trains.

14 novembre 2016 : Accident de TGV en Alsace: Un an après, la famille de Fanny se demande encore «ce qui a causé sa mort» Le journal 20 minutes reprend les questions posées par cette famille, sur le fait que la rame 744 accomplissait pour la première fois une expérience de circulation à une vitesse encore jamais testée dans ce sens Paris Strasbourg, sur la voie 2.

14 novembre 2016 : Déraillement mortel de TGV en Alsace : « Personne n’avait le sentiment d’être exposé à un risque ». Actu Orange cite Maître Sophie Sarre, avocate de la famille Mary, évoquant le souhait que « le moment venu, l’enquête se referme sans une seule zone d’ombre » et que « la SNCF soit capable de tirer une leçon de ce qui s’est passé ».

14 novembre 2016 : Accident d’Eckwersheim – Toujours en attente de réponses. Un article du journal L’Alsace, qui interroge Maître Claude LIENHARD, avocat de la famille de l’un des onze tués : « Il y a un sentiment de trahison : pour les gens à bord, ce trajet avait été présenté comme quelque chose de ludique et festif. S’ils avaient su qu’il y avait un risque, ils ne seraient pas montés dans ce train » 

14 novembre 2016 : Un an après l’accident de TGV en Alsace, deux témoins se souviennent. France Soir publie les témoignages de Robert Pfrimmer et Raphaël Ebersold, présents à Eckwersheim au moment de l’accident.

14 novembre 2016 : Un an après le déraillement du TGV Est, rescapés, proches et témoins se confientL’express. Le journaliste reprend les éléments habituels. Il suggère en plus une responsabilité particulière pour les personnes ayant invités des passagers : « le train transportait des invités non-autorisés par le règlement […] des salariés de la SNCF avaient illégalement invité d’autres proches« . (Il faut rappeler que ces invitations étaient parfaitement autorisées (par le règlement intérieur) et suscitées par les entreprises concernées. Ces invitations n’étaient pas du tout illégales et n’enfreignaient pas de règlement.

14 novembre 2016 : Accident de TGV : une cérémonie au jardin du souvenir. France 3 Alsace publie quelques vidéos.

09 novembre 2016 : Édition spéciale du 19/20 >> Accident de TGV, un an après. La chaîne de télévision France 3 Alsace annonce un retour sur l’accident d’Eckwersheim, lundi 14 novembre, au journal de 19 h.

accident-tgv-mobilicites-diffusion-image-dossier-instruction-video-cabine02 novembre 2016 : TGV d’Eckwersheim : il manquait un « chef » selon les experts judiciaires Le journal Mobilicités affirme avoir eu accès au dossier d’instruction, notamment au rapport d’expertise judiciaire d’octobre 2016. Le journal publie une image extraite d’une vidéo prise depuis la motrice avant, lors du basculement, juste avant l’arrivée sur le pont-rail.

01 novembre 2016 : Bernard AUBIN : « des équilibristes sans filet » un article payant du journal l’Est Républicain. « Le secrétaire général du syndicat First s’interroge sur les « procédures » en vigueur lors des essais, qui doivent encadrer d’éventuelles erreurs … » annonce le journal. First signifie « Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports »

accident-tgv-eckwersheim-fanny-mary-agronome01 novembre 2016 : Déraillement d’une rame de TGV en Alsace : les parents des victimes veulent la vérité avant tout. Article payant du journal Vosges Matin. L’absence d’indemnisation des victimes, dont fait état le journal Le Parisien de la veille, est certes un souci bien légitime pour certaines familles qui ayant la douleur de perdre un être cher, ont perdu dans le même temps un papa ou une maman qui faisait vivre la maison. Ce n’est pas le cas par exemple, pour la famille de Fanny, 25 ans, décédée sans avoir eu d’enfants. Les proches s’étranglent de douleur à l’idée de « chiffrer » une indemnisation, et pour beaucoup, repoussent la question au moment du procès, préférant pour l’heure se dédier à la compréhension des faits qui ont conduit à l’accident.

accident-tgv-bernard-aubin-first31 octobre 2016 : Déraillement du TGV d’Essais, la Justice effleure les questions de pertinence des procédures, un article de Bernard AUBIN, « le hérisson du rail ». Un point est fait par l’auteur, au vu des derniers éléments connus, et sur la fin l’accent est mis en particulier sur les modalités de décélération du train, un sujet qui suscite des questionnements.

31 octobre 2016 : Déraillement du TGV Est : l’avocat des familles dénonce un manque de rigueur global. Europe 1 interroge Maître CHEMLA, avocat de certaines familles. Le même jour, Europe 1 interroge la mère de Fanny MARY : Déraillement du TGV Est : « Il y a eu un abus de confiance », dénonce la mère d’une victime.

31 octobre 2016 : TGV Est : Des erreurs de calcul à l’origine du déraillement Le journal L’Union reprend les propos de l’avocat Gérard CHEMLA : « Ils ont perdu la conscience des limites de l’engin » dénonçant la légèreté des responsables des essais ferroviaires.

accident-tgv-francetv-infographie-video-octobre-201631 octobre 2016 : Accident du TGV Est : l’erreur humaine en cause France TV info interroge Maître CHEMLA et produit une animation vidéo pour illustrer l’approche du TGV d’essai vers le pont-rail

 

 

31 octobre 2016 : Accident du TGV Grand Est: l’erreur humaine confirmée par des experts BFMTV reprend l’information du journal Le Parisien et évoque des « experts d’ALSTOM »… Bien entendu, le lecteur doit rester conscient : ce n’est pas ALSTOM qui fait l’enquête sur l’accident d’une rame d’essai ALSTOM.  Cela pourrait ne pas être objectif et inciter de tels experts à mettre l’accent sur une erreur de pilotage, en oubliant tout ce qui concernerait le matériel…accident-tgv-experts-alstom

31 octobre 2016 : Onze morts dans le TGV Est: « L’accident était écrit » Un article du Dauphiné reprend les éléments relatés par le Parisien

31 octobre 2016 : TGV Est : des erreurs de calcul à l’origine du déraillement. 07h03, le journal Le Parisien lance un nouveau scoop, titrant sur les erreurs de calcul, mais en laisse passer aussi quelques unes : la vitesse de conception maximale de la ligne LGV Est n’est pas comme dans son infographie, de 360 km/h….accident-tgv-parisien-vitesses-maximales-conception

24 octobre 2016 : Déraillement du TGV d’essais : les « lampistes dans le collimateur de la Justice »  Le syndicat FIRST fait le point sur les avancées des informations.

20 octobre 2016 : Nièvre : des rescapés du déraillement sur la LGV Paris-Strasbourg témoignent. Un reportage de France  Bourgogne. »C’est des gens qui sont cheminots comme mon frère a été, donc c’est très dur de mettre un jugement sur ces personnes« , dit un invité à bord de la rame d’essai, rescapé de la famille Rolland, au sujet des trois personnes mises en examen.

20 octobre 2016 : Trois salariés mis en examen pour homicides involontaires dans le déraillement du TGV Est. Le journal l’Usine Nouvelle reprend les informations de la dépêche AFP de la veille, comme la plupart de la presse, mais la journaliste Léna Corot signe un article aux affirmations erronées, qu’elle finit par corriger suite à notre demande, 8 jours après. Dommage car les lecteurs ont pu croire, en première lecture, que les deux invitées décédées, parmi les 11 personnes tuées, étaient dans la motrice avant, perturbant le bon fonctionnement de la rame. Ce qui est faux. Aucun des passagers de la motrice avant, en fonction ou invités, n’a péri dans cet accident.accident-tgv-erreur-journaliste-usine-nouvelle

Note : 29 octobre 2016 : l’article est rectifié, la dernière phrase a été retirée.

19 octobre 2016 : Accident de TGV d’Eckwersheim : 3 salariés de la SNCF et de la filiale Systra mis en examen. « Il s’agit, selon le journal France-Bleu, de deux employés de la SNCF, un conducteur et un « cadre transport traction », ainsi qu’un « pilote traction » salarié de Systra, la filiale chargée des essais. Ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire par des juges d’instruction pour homicides et blessures involontaires. »

26 août 2016 : Déraillement du TGV Alsace : une erreur moins « humaine » qu’annoncée. une analyse de Bernard AUBIN, du syndicat FIRST qui alerte contre les explications précipitées, soulignant les imprécisions et manques de rigueur.

26 août 2016 : Déraillement mortel du TGV Est : les erreurs de Systra, filiale de la SNCF. Un article du Monde, reprenant les propos du journal Le Parisien. Le journaliste du Monde a cru bon de rajouter ceci : « Dans le rapport, une photo prise dans la cabine montre que quatre personnes étaient autorisées à l’avant. Or, elles étaient sept au moment où s’est produit le déraillement, ce qui a coûté la vie à deux de ces « invités »ETONNANT ! les lecteurs du Monde pourraient croire que la mort de deux invités est due à la présence de sept personnes dans la cabine. Les guillemets entourant le mot « invités » laissent penser que peut-être ces personnes n’étaient pas invitées ? Il est bon de rectifier: parmi les 11 tués, deux sont des invitées, et ces deux femmes n’étaient pas dans la cabine de la motrice avant. Quant aux 7 personnes en cabine dans la motrice avant, au moment de l’accident, elles sont toutes rescapées.

26 août 2016 : « Un rapport d’expert met en cause Systra dans l’accident de la rame test du TGV Est ».  Pierre MONNIER, de l’Usine Nouvelle, cite un rapport confidentiel du cabinet TECHNOLOGIA, expert en prévention des risques. Ce rapport avait été commandé par le CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail) de Systra, et le journal Le Parisien a pu, malgré sa confidentialité, le consulter et en faire état.

26 août 2016 : Drame du TGV Est : un rapport accable la filiale de la SNCF. Le journal Le Parisien dévoile le contenu d’un rapport « confidentiel » commandé par le CHSCT de SYSTRA, épinglant 4 points très problématiques.

25 juillet 2016 : Le journal FRANCE INFO prend le parti d’interroger deux personnalités venant nuancer, hors enquête, l’aspect « vitesse excessive » de la rame d’essai :

25 juillet 2016 : Accident du TGV Est : des problèmes de freinage trois jours avant l’accident. L’avocat Gérard CHEMLA révèle des éléments de l’enquête, selon le journal France Info. Il rend notamment compte d’une vidéo enregistrant quelques instants dans la rame d’essai le 11 novembre, trois jours avant le drame mortel.

25 juillet 2016 : TGV Est : un essai à risque mené trois jours avant le drame. Le journaliste Vincent Vérier, du journal LE PARISIEN, fait état d’éléments d’enquête du dossier d’instruction, concernant les essais du 11 novembre. Si on en croit ces révélations, le terrible accident mortel du 14 novembre serait donc bien la conséquence de prévisions très dangereuses. Ces prévisions mettaient donc le train en danger avant l’entrée en courbe. Nous avions déjà alerté, à la suite de l’accident, sur la légèreté de ces prévisions. Voir l’article « des prévisions déjà risquées »

25 juillet 2016 : Drame du TGV Est : dans la cabine, le calme et l’incompréhension. Vincent Vérier, journaliste au journal LE PARISIEN, cite les propos enregistrés dans la motrice avant quelques instants après l’accident de la rame d’essai.

25 juillet 2016 : Accident du TGV Est : des tests avaient mis en lumière des défaillances majeures. Où le journal BFMTV évoque une connaissance de problèmes liés à la vitesse, avant l’accident du 14 novembre 2015.

accident-tgv-travaux-de-remise-en-etat-1469213777-DNA23 juillet 2016 : LVG Est – après le déraillement du 14 novembre à Eckwersheim : travaux de remise en état. Le Dernières Nouvelles d’Alsace annoncent la perspective de nouveaux essais dynamiques sur la voie numéro 2, celle sur laquelle a eu lieu l’accident.

20 juillet 2016 : Le député nordiste Bernard ROMAN nommé à la tête de l’ARAFER. 


4 juillet 2016 : La fête pour l’arrivée du TGV « L’Européenne » à Strasbourg.
Le journal L’Alsace publie un article montrant le parvis de la gare de Strasbourg, en fête, pour le jour de l’inauguration commerciale de la LGV Est.

la-fete-pour-l-arrivee-du-tgv-l-europeenne-a-strasbourg-1467573304

accident-TGV-Rapoport-Jeantet-SNCF30 avril 2016 : Patrick JEANTET, futur président de SNCF Réseau. Cette fois sera peut-être la bonne, après les annonces de mars dernier, qui prévoyaient que le successeur de Jacques RAPOPORT serait Jean-Pierre FARANDOU. Lequel, patron de KEOLIS, avait été évincé, car jugé trop proche de SNCF Mobilités. Patrick JEANTET a pourtant lui aussi travaillé plusieurs années chez KEOLIS. Cependant le ton de la presse a changé, l’Elysée s’implique : les journaux mentionnent pour la plupart François HOLLANDE comme décisionnaire.

accident-TGV-Est-Eckwersheim-Alsace-Rapoport1er avril 2016 : Le réseau ferré français, «un patrimoine en danger» alerte un dirigeant de la SNCF Jacques Rapoport, dirigeant sortant de SNCF Réseau, en charge de l’infrastructure ferroviaire, s’exprime face au Sénat, avec une franchise rare, selon le journal Libération. Des choix d’investissements urgents devraient se faire, quitte à reporter un certain nombre de projets de développement, estime Jacques Rapoport. Le projet LGV Est Européenne (plus que 91 jours, le 3 avril, avant l’ouverture de la ligne le 3 juillet 2016) – est-il selon lui, un projet de développement à mettre en sommeil, car trop coûteux, au détriment de voies anciennes trop vétustes ? la question est posée…

30 mars 2016 : L’Etat en difficulté sur la nomination du futur président de SNCF Réseau. Le journal Le Monde explique l’opposition de l’ARAFER, autorité indépendante de l’Etat, concernant la candidature de Jean-Pierre FARANDOU, qui ne répondrait pas à tous les critères d’indépendance par rapport à SNCF Mobilités. En effet, KEOLIS, groupe actuellement dirigé par Jean-Pierre FARANDOU, est détenu à 70 % par la SNCF.

accident-tgv-FARANDOU-KEOLIS19 mars 2016 : SNCF Réseau : Jean-Pierre FARANDOU succédera à Jacques RAPOPORT. Selon Mobilettre : « les plus hautes autorités de l’Etat se sont mises d’accord sur le nom du successeur de Jacques Rapoport à la tête de SNCF Réseau ». Jean-Pierre FARANDOU, actuel président du directoire de KEOLIS, est entré à la SNCF à l’âge de 24 ans. KEOLIS fait partie de l’EPIC SNCF Mobilités. L’annonce de Mobilettre est démentie par le journal Le Monde, le 30 mars 2016 : l’ARAFER s’oppose à la nomination de Jean-Pierre FARANDOU.

accident-tgv-rame-cronenbourg-france3-regions-francetvinfo-alsace

photo de presse France3-regions Alsace

16 mars 2016 : Accident de TGV : la rame d’essai stockée à CronenbourgSelon France 3 Alsace, la rame 744 serait arrivée il y a quelques jours à la gare de Cronenbourg ; son accès est interdit, car elle est mise à disposition de la justice. L’article rappelle que les essais de la LGV Est ont repris depuis le 29 février 2016

 

 

6 mars 2016 : La SNCF a reçu les familles. Un article des Dernières Nouvelles d’Alsace dans lequel l’avocat Maître Gérard CHEMLA fait état d’éléments d’information ignorés du grand public, et ne figurant ni dans le Rapport d’enquête immédiate de la SNCF, ni dans la note d’étape du BEA-TT.  Il accuse le cadre transport traction d’avoir donné l’ordre de freiner un kilomètre plus loin que ce qui était prévu dans la feuille de route. Une accusation bien surprenante, alors que l’instruction est en cours.

accident-tgv-GICQUEL-FENVAC5 mars 2016 – « les familles hésitent à se porter partie civile », propos tenus par Stéphane GICQUEL, de la FENVAC, pour BFMTV. « un vrai conflit de loyauté », dit-il, à propos des victimes, semblant sous-entendre qu’elles sont toutes employées par la SNCF ou SYSTRA. Il faut rappeler qu’à bord de la rame d’essai, ce 14 novembre 2015, bon nombre de passagers ne faisaient pas partie de la SNCF.

5 mars 2016 – mise à jour 08h26 : Accident du TGV Est : une erreur humaine et tragique, Où le journal Le Parisien crée la surprise, au matin du samedi 5 mars, en dévoilant l’endroit où se déroulera la rencontre entre la SNCF et les victimes de l’accident d’Eckwersheim. Endroit théoriquement protégé des journalistes. Voilà qui est surprenant : lieu de rencontre et nombre de participants ne sont connus que des organisateurs, lesquels promettent de protéger de la presse, les familles de victimes. Le Parisien profite de cet article pour mettre en cause l’un des employés à bord de la rame, défiant les règles de présomption d’innocence et de secret de l’instruction. Choix d’une rédaction dirigée depuis mars 2015 par Stéphane ALBOUY, un ancien du journal, malgré une brève interruption pour participer au lancement du magazine CLOSER. A lire le commentaire de cet article ici.

25 février 2016 – Les vraies raisons du départ du patron de SNCF Réseau. « faut-il chercher du côté des accidents (Brétigny, Denguin, Eckwersheim) des éléments qui ont pesé sur sa décision? « , interroge le journal Le Figaro, réponse de l’intéressé : «Je fais face à mes responsabilités, j’assume, mais ce sont des dossiers lourds qui vont s’inscrire dans la durée et sur le long terme pour s’assurer que cela ne puisse plus se produire.»

25 février 2016 – La démission de Jacques Rapoport révèle une profonde crise ferroviaire. Analyse et décryptage du départ de J. Rapoport par le site Mobilettre. « On écarte tout de suite l’hypothèse du risque judiciaire sur Brétigny comme cause de la démission: à l’époque des faits, RFF n’était pas en charge de la maintenance opérationnelle des voies. »

accident-tgv-Rapoport-demission25 février 2016 – Le président de SNCF Réseau démissionne Jacques Rapoport, président de SNCF Réseau, qui possède et gère le réseau ferré national français, « des infrastructures vieillissantes« , a-t-il évoqué, a remis sa démission le 19 février.

17 février 2016 – Pourquoi y avait-il des invités sur ce genre de rame ? (RMC / BFMTV) Questions posées par deux avocats de familles de victimes.

15 février 2016 – Les familles des victimes sortent du silence (France3 Alsace) Bref reportage au journal télévisé. L’article associé reprend le témoignage de la mère de Fanny Mary (« Le plus important, c’est de connaitre la vérité. Nous le devons aux victimes décédées, je le dois à ma fille… ») et du fils de Daniel Heury (« On n’est pas à la recherche de la vérité, la vérité on la connait. Il y avait souvent des invités dans les rames d’essais… »). On apprend pour la première fois par voie de presse que la SNCF rencontrera les familles des victimes le 5 mars, qu’André-Claude Lacoste (président du comité d’experts indépendants) recevra Christine Dujardin (laquelle n’est pas prévenue et ne réside pas en France métropolitaine) pour lui expliquer les essais de LGV.

15 février 2016 – « Ma fille est morte pour une expérience » (Le Figaro): « D’après les témoignages de cheminots, la dernière session d’essais de vitesse sur une nouvelle LGV est traditionnellement une fête organisée le samedi au cours de laquelle enfants, conjoints et amis se joignent aux cheminots et aux techniciens des entreprises partenaires dans le train. »

15 février 2016 – « On veut comprendre » brève interview de la mère d’une victime (matinale d’Europe1) – « Je sais qu’elle n’aurait pas voulu monter dans ce train si elle avait connu les risques ». L’émission rapporte également les déclarations de proches de victimes décédées dans l’accident. (Information relayée par l’Est Républicain, Le Figaro, Le Dauphiné…)

15 février 2016 : Accident d’un TGV d’essai : la mère d’une victime demande des explications « Premier déraillement mortel depuis 1981 » écrit le journal Le Parisien, en oubliant l’accident de Brétigny-Sur-Orge en 2013, qui avait fait 7 morts, Saint-Médard-sur-Ille en 2011, Tende en 2003, Melun en 1991, Paris Gare de l’Est en 1988, Argenton-sur-Creuse en 1985, Flaujac, encore en 1985, Barbentane-Rognonas en 1983.

14 février 2016 – TGV 744 – L’accident oublié – enquête sur le déraillement mortel du 14 novembre en Alsace (francetvinfo)

10 février 2016 – Un train expérimental de la SNCF retire onze vies : témoignage du frère d’une victime du déraillement d’Eckwersheim et réflexion sur la valeur des vies perdues.

9 février 2016 – A la SNCF, trop d’erreurs humaines et trop d’accidents.  un rapport du BEA-TT, pointe que Brétigny et Eckwersheim ne sont pas les seuls accidents survenus sur le réseau SNCF ces dernières années. Ce rapport dénonce « des erreurs humaines à répétition » et  « l’absence de ressources humaines compétentes dans le métier de la signalisation électrique, la complexité des référentiels de maintenance, la mise en tension des organisations locales, notamment en raison de la multiplicité des chantiers, le manque de formation des nouveaux personnels »

9 février 2016 – Les erreurs de la SNCF épinglées dans un rapport. Article de la chaîne de radio RTL : « selon un rapport d’experts du BEA, il est urgent que la SNCF révise son mode de fonctionnement concernant la maintenance notamment, si elle veut assurer la sécurité de ses voyageurs »

8 février 2016 – Accident de Brétigny : ce que la SNCF aurait préféré cacher à la justice : reprenant les informations déjà diffusées par le journal le Monde il y a quelques jours, Le Figaro est allé consulter le dossier d’instruction, et met en cause l’indépendance du BEA-TT. Lequel organisme publie le jour même la note d’étape tant attendue, téléchargeable ici.

8 février 2016 – vidéo de la chaîne LCI : Accident de Brétigny : selon « Le Figaro », la SNCF aurait tenté d’atténuer sa responsabilité. Où il est question du BEA, d’un ordinateur manquant, et d’agissements d’une juriste de la SNCF. Nous suivrons cette affaire et les démentis qui pourraient intervenir dans les jours qui  viennent.

5 février 2016 – LGV-Est : bientôt de nouveaux essais : les TGV commerciaux emprunteront dés les 3 juillet 2016, la voie 1 de la LGV à hauteur d’Eckwersheim, l’autre voie 2 ayant été très endommagée par l’accident du 14 novembre. Très rapidement, les essais vont donc recommencer sur la LGV-Est.

28 janvier 2016 – Accident de Brétigny : la SNCF soupçonnée d’avoir voulu influencer l’enquête judiciaire : l’article du Monde reprenant les éléments mis au jour par le Canard Enchaîné qui suggèrent que la SNCF préparerait les témoignages de cheminots et compromettrait la manifestation de la vérité par l’enquête. Le 6 février, la SNCF dément manipuler les témoins (cf. aussi l’article de l’express).

28 décembre 2015 – RETRO 2015 – Un TGV déraille à Eckwersheim, 11 personnes décèdent

accident-TGV-Guillaume-Pepy-Grand-Jury-RTL

20 décembre 2015 – Guillaume Pepy était l’invité du « Grand Jury » : « C’est un accident du travail« , résume Guillaume Pepy pour clôturer l’interview. Voir vidéo partie 2, en bas de page, sur le site RTL.

15 décembre 2015 – Accident du TGV en Alsace : le mea culpa de la SNCF : l’article paru dans Contrepoints cite largement les déclarations de Guillaume Pépy à propos de l’accident, il accuse le manque de rigueur du dirigeant du groupe et il indique que la SNCF a pu profiter d’un relatif silence médiatique du fait des attentats de Paris la veille.

2 décembre 2015 : Accident ferroviaire de la rame TGV : pourquoi une communication si hâtive ? le site des cheminots CGT retraités de Dijon fait notamment état du fait que la boite ATESS ((boite noire) a été retrouvée déplombée.

accident-tgv-frederic-delorme-SNCF-SYSTRA1er décembre 2015 : Après l’accident d’Eckwersheim, la SNCF se dote d’un directeur général sécurité.  Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, Monsieur Frédéric Delorme, prendra ses fonctions de directeur général sécurité, le 4 janvier 2016, dans un esprit de simplification et d’unification de la sécurité du système ferroviaire. La SYSTRA avait intégré dans son directoire en 2013, ce cadre de haut niveau, ancien élève de l’école Polytechnique et ingénieur des Ponts et Chaussées.

30 novembre 2015 – Sécurité ferroviaire: les électrochocs de Pepy et Rapoport L’article de Mobilettre fait état de plusieurs suspensions prononcées contre des responsables, à la SNCF, ainsi qu’à la SYSTRA. Cette dernière entreprise déplorant 5 victimes décédées et deux « accompagnantes« , terme utilisé probablement pour désigner deux invitées. Quant à la SNCF, sans mentionner les invités, elle annonce en tous cas que les victimes qui étaient en service, « accidentés du travail« , eux, seront traitées comme des « victimes voyageurs« .

27 novembre 2015 – Que cache le « manque de rigueur » ? un article de Bernard AUBIN « le hérisson du rail ». Sur l’accident d’Eckwersheim, l’auteur évoque des suspensions d’agents et des sanctions annoncées par la SNCF, tout en pointant du doigt une certaine opacité.

23 novembre 2015 – Le TGV est-il menacé après l’accident en Alsace ? émission de radio de RTL. « Il risque d’y avoir d’autres accidents à l’avenir » (alertent les syndicats et les experts). « La culture de la sécurité à la SNCF s’est affaiblie au fil des années ». Le député Gilles SAVARY est cité pour sa question : »Pourquoi des essais sur une rame sont désormais considérés comme une journée touristique à Eurodisney ? »

23 novembre 2015 : La vitesse en cause, vraiment ? 

23 novembre 2015 – L’accident de TGV en Alsace jette une ombre supplémentaire sur la course à la vitesse

21 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace: Réellement un accident ou un attentat dissimulé ? Article très détaillé dont l’auteur suggère que l’Etat trouverait un intérêt à dissimuler que le déraillement serait le fait d’un acte terroriste. L’auteur s’appuie sur un autre article développant la même thèse.

20 novembre 2015 – Systra et la SNCF pleurent leurs morts dans la catastrophe d’Eckwersheim 

20 novembre 2015 – Deux Marnais sont morts dans l’accident du TGV en Alsace : « Sur un train d’essai, on débranche les sécurités (…) à l’endroit où le train n’a pas freiné, il y aurait eu un mécanisme d’arrêt automatique du train » explique Guillaume Pepy

20 novembre 2015 – Déraillement d’un TGV en Alsace : le Parquet prend le relais

19 novembre 2015 – SNCF : accident TGV, l’enquête révèle une « erreur humaine ». Un article du « Hérisson du rail », qui présente l’intérêt de produire un document étonnant : le planning des essais « dynamiques » devait se poursuivre, si on en croit ce document, durant la semaine 47, c’est-à-dire la semaine suivant le terrible accident. Autrement dit, les essais du samedi 14 novembre n’étaient pas prévus pour être les derniers essais, cette rame expérimentale n’était pas encore prévue pour être totalement au point. On constate aussi aux abords de Vendenheim, des essais de vitesses prévues beaucoup plus modérées que celles enregistrées lors de l’accident.

accident-tgv-essai-LGVE-semaine-47

19 novembre 2015 – Accident du TGV d’essais à Eckwersheim: L’UNSA se porte partie civile pour connaître les causes profondes

19 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace: « Cet accident n’aurait jamais dû arriver »

19 novembre 2015 – La SNCF contredit le conducteur du TGV qui a déraillé

19 novembre 2015 – L’accident d’un TGV en Alsace dû à un « freinage tardif »

19 novembre 2015 – Le TGV d’essais qui a déraillé en Alsace a freiné trop tard, selon la SNCF

19 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace : la vitesse excessive à l’origine du drame, la rame d’essai a déraillé à 243 km/h

18 novembre 2015 : « TGV en Alsace : 15e accident mortel en 30 ans pour la SNCF ». Pierre MONNIER, de l’Usine Nouvelle, rappelle les nombreux accidents ferroviaires ayant précédé le drame du 14 novembre 2015.

  • 1985 : Saint Pierre du Vauvray, 10 morts / Flaujac, 35 morts / Argenton sur Creuse, 43 morts
  • 1988 : Gare de Lyon, 56 morts / Château-Thierry, 1 mort / Ay, dans la Marne, 9 morts
  • 1991 : Melun, 16 morts
  • 1993 : Saint Leu d’Esserent, 4 morts
  • 1997 : Port Sainte Foy, en Dordogne, 13 morts
  • 2000 : Chasse sur Rhône, près de Lyon, 2 morts
  • 2002 : Nancy, 12 morts
  • 2003 : Saint Dalmas de Tende, près de Nice, 2 morts
  • 2006 : Zoufftgen, en Moselle, 6 morts
  • 2013 : Brétigny-sur-Orge, 7 morts

18 novembre 2015 – Déraillement d’Eckwersheim : « les boîtes noires dépouillées aujourd’hui »

18 novembre 2015 – Pays de Sarrebourg : un couple de Dolving tué dans le TGV

18 novembre 2015 – Une Réunionnaise parmi les victimes de l’accident du TGV en Alsace – 

17 novembre 2015 – Accident d’Eckwersheim : que faisaient des enfants dans une rame d’essai SNCF ? un article de l’Usine Nouvelle, citant l’avocat Patrick Thiébart, abordant la règle de droit en matière d’invitation de personnes extérieures, sur le lieu de travail. C’est la situation de la SNCF et de SYSTRA, lesquelles entreprises, en position d’employeurs, ont une obligation de résultats quant à la sécurité des employés mais aussi des autres personnes présentes à bord du train.

17 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace: deux blessés «encore entre la vie et la mort»

17 novembre 2015 – TGV accident Eckwersheim : Un tracé à l’économie !

17 novembre 2015 – L’évêque de Strasbourg exprime son soutien aux victimes de l’accident ferroviaire

16 novembre 2015 – Déraillement de train en Alsace : proximité de Mgr Grallet

16 novembre 2015 – Deuil national et état d’urgence : ce qu’il va se passer à Strasbourg

16 novembre 2015 – Déraillement d’un TGV d’essai : le conducteur dit avoir respecté la vitesse autorisée« Le conducteur « très expérimenté » a affirmé aux enquêteurs « avoir parfaitement respecté la vitesse qui lui était assignée sur ce tronçon« , c’est-à-dire 176mk/h »

16 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace: le conducteur affirme qu’il n’allait pas trop vite

16 novembre 2015 – Déraillement d’un TGV en Alsace: Hommages aux victimes dans l’agglomération de Strasbourg

accident-tgv-robert-pfrimmer-eckwersheim15 novembre 2015 – Accident de TGV : les habitants d’Eckwersheim solidaires et sous le choc. Robert Pfrimmer, ancien maire d’Eckwersheim habite près du pont-rail où la motrice avant s’est encastrée. Il évoque une explosion puis une fumée.

15 novembre 2015 – Accident d’un TGV d’essai: les opérations se poursuivent pour dégager les corps

15 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace : tout comprendre du drame en 5 questions

15 novembre 2015 – L’accident du TGV devrait retarder l’ouverture de la ligne Paris-Strasbourg

15 novembre 2015 – L’accident du TGV en France reste inexpliqué

accident-TGV-ROYAL-ministre-compassion-tweeter14 novembre 2015 : Tweet de Ségolène ROYAL, au sujet de l’accident. Elle montre sa compassion, mais juste envers les cheminots, n’ayant probablement pas encore l’information sur les statuts des personnes décédées, dont deux invitées, tuées sur le coup, ne faisant pas partie du monde ferroviaire.

14 novembre 2015 : Au moins 10 morts dans le déraillement d’un TGV en Alsace. Ici Radio Canada relate le désarroi de Stéphane OTTAVI, haut responsable de la gendarmerie, laquelle recherche 5 disparus, ne sachant pas exactement si ces 5 personnes étaient montées ou non dans le train. « C’est un drame pour la SNCF, c’est un drame pour les cheminots », affirme Ségolène ROYAL. La scène est apocalyptique, dit-elle. C’était certes aussi un drame pour les invités à bord, qui n’étaient pas cheminots.

14 novembre 2015 – Nouveau bilan après le déraillement d’un TGV près de Strasbourg: 10 morts – « C’est un accident du à une vitesse excessive » selon le Préfet

14 novembre 2015 – Accident de TGV en Alsace: la motrice a percuté un pont avant de dérailler


9 novembre 2015 – Sécurité ferroviaire : un syndicat de cheminots accuse la SNCF de « jouer à la roulette russe ». Article exposant brièvement les problèmes de sécurité posés par les « déshuntages » des trains TER ainsi que l’état d’esprit des dirigeants à travers leurs réponses. Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT-cheminots accuse la SNCF de « jouer à la roulette russe avec la sécurité ». Il ajoute : « notre but n’est pas de créer de la peur mais d’alerter les citoyens »

28 septembre 2015 – Communiqué de presse SNCF Réseau : LGV EST EUROPEENNE PHASE 2 : SNCF RESEAU COMMENCE LES ESSAIS DYNAMIQUES SUR LA VOIE. « Cette phase a pour but de vérifier les caractéristiques d’infrastructure de la ligne pour qu’elle soit apte à faire circuler une rame commerciale à 320km/h. Pour s’en assurer, SNCF Réseau effectue des tests jusqu’à 352 km/h (soit 10% de plus que la vitesse d’exploitation) en étant attentif à la qualité de l’infrastructure et au confort des futurs voyageurs. »

24 septembre 2015 – Eckwersheim, percuté par le TGV, le quinquagénaire décède – trois semaines avant le déraillement le TGV commercial avait tué une personne à quelques centaines de mètres du lieu de déraillement.

18 juillet 2013 – Eckwersheim – L’homme happé par un TGV est un agent SNCF en charge de la signalisation sur le chantier de la LGV – deux ans avant l’accident du TGV d’essai, le chantier de la LGV faisait déjà un mort à Eckwersheim. Il s’agit selon l’article de DNA, d’un agent chargé de la signalisation, happé au passage à niveau.

 

motrice-Arthur

DE LA VITESSE ET DES RECORDS -REVUE DE PRESSE THÉMATIQUE

 

accident-tgv-record-2007

source http://fbrisou.free.fr/RAIL21/Record2007.htm

record-mondial-LGV

14 octobre 2008 – La SNCF veut pousser ses TGV à 360 km/h pour mieux rivaliser avec l’avion.  Le journal « Les Echos » décrit la fierté d’une responsable de la SNCF, après un record mondial de vitesse de 574,8 km/h pour un TGV. Des essais sont pratiqués sur une rame équipée de « 200 capteurs déployés à bord de la rame où des sacs de sable simulant le poids des passagers », cela permettant de mesurer les vibrations du train lorsqu’il est poussé à 360 km/h.

 

15/10/2007 – Un record pour le TGV, une vitrine pour ALSTOM. Où il est fait référence à la rame V 150 qui accomplit le 3 avril 2007, un record mondial de vitesse à 574,8 km/h. Cet article du journaliste Fabrice Amedeo, du Figaro, évoque les points communs entre la rame V150 et le TGV Est, dont elle s’inspire en partie, avec les deux mêmes motrices, et les voitures duplex. Il a fallu toutefois réfléchir aux exigences spécifiques d’un train qui roule à plus de 500 km/h dans un virage. Il a donc fallu renforcer les rails, afin de compenser la force centrifuge.

 

motrice-Arthur

DES INVITES A BORD D’UNE RAME D’ESSAI – REVUE DE PRESSE THÉMATIQUE

« À l’aube, la rame 308 accoste à nouveau la 325 et l’attelage Scharfenberg est enclenché. La rame 325 est remorquée vers la zone d’essais, avec l’arrêt habituel à Massy pour embarquer l’équipe technique. La remorque laboratoire R1 a été convertie en studio, puisque ce jour-là les marches sont programmées comme un évènement médiatique. La remorque R10 sera remplie de journalistes. À 8 h 08, les rames 308 et 325 arrivent à Dangeau et sont désaccouplées. La rame 313 arrive derrière et permet à Michel Delebarre, ministre des transports, de monter dans la cabine de la rame 325. La rame 313 continue jusqu’à la gare de Vendôme avec un contingent de dirigeants de la SNCF, conduits par le président Jacques Fournier, et diverses personnalités invitées. À 8 h 43, un cerf est signalé sur le parcours d’essais. Après un léger retard pour dégager la voie, la rame 325 quitte le garage de Dangeau à 9 h 51. La tension de la caténaire a été portée de 25 à 29,5 kV. 15 minutes plus tard, à 10 h 06, la rame 325 accroche le nouveau record mondial de vitesse à 515,3 km/h au bas de la descente au kilomètre 166,8. Le train s’arrête quelques minutes plus tard au kilomètre 210 et l’équipage sabre le champagne avec le ministre. Aussitôt après, la rame 325 retourne à la voie 4 de la gare de Vendôme tous feux allumés et actionnant ses avertisseurs, félicitée par une foule de journalistes. »

  • accident-tgv-invitation-ministre-delebarre

    un ministre dans la cabine de pilotage durant un essai de record

    Un ministre dans le poste de pilotage ! c’est en 1990, le TGV va tenter un record de vitesse à plus de 500 km/h, avec à son bord le ministre Michel Delebarre, que l’on voit sur une vidéo de l’INA.

 

 

 

 

« Le 3 avril 2007 est le jour de la tentative officielle. Aux commandes de la rame: Eric Pieczak, conducteur d’essais de la SNCF. À son bord : deux huissiers, des techniciens d’Alstom, de la SNCF et de RFF, des journalistes et des invités, dont Anne-Marie Idrac, le commissaire européen Jacques Barrot soit en tout une centaine de personnes. Le TGV s’est élancé à 13h01 de la commune de Prény(Meurthe-et-Moselle) dans le sens Nancy-Paris. »

 

Publicités